Hommage au maître-principal Loïc LE PAGE

Loic LEPAGE

Héritier d'une longue lignée militaire, Loïc LE PAGE était un fils idéal, très attaché aux siens et aux traditions. Il était aussi un père et un mari aimant, très attentionné.

Il arborait avec fierté son béret vert, qui symbolisait son appartenance à un corps d'élite, pour lequel il était prêt à se sacrifier comme de nombreux anciens l'avaient fait avant lui. Ayant soif d'aventure et conscient des risques encourus, il était parti en 2006 pour l'Afghanistan afin de vivre pleinement son métier, en servant son idéal et la France.

Les conditions glorieuses dans lesquelles il a trouvé la mort le 4 mars 2006, concrétisent son engagement de soldat et ses grandes qualités humaines.

    Extrait de la citation à l'ordre de l'Armée du Ministre de la Défense :

  • «Au cours de l'opération « Makila », le 4 mars 2006, dans une zone particulièrement sensible de la vallée de Maruf propice aux infiltrations terroristes et alors qu'il effectue la reconnaissance du village de Salam Kalay à la tête de son escouade, a été pris sous le feu d'une dizaine de talibans. A riposté avec son groupe durant plus de vingt minutes face à un ennemi lourdement armé.
  • Lors de cet engagement, a trouvé la mort dans l'accomplissement de son devoir en luttant contre le terrorisme.
  • Pour ses qualités de chef, son comportement et son courage exemplaires au service de la France, mérite d'être cité en exemple. »
  •  
  • Cette citation comporte l'attribution de la Croix de la Valeur Militaire avec palme.

Sa mort héroïque a été saluée par tous ses frères d'armes, notamment par les Forces Spéciales Américaines qui ont inscrit son nom (fait exceptionnel) sur le mémorial qu'ils ont dressé en Afghanistan.

Il a également été décoré à titre posthume de la Bronze Star Medal for Valor, 4ème plus haute distinction Américaine, destinée à reconnaître les actes de bravoure et d'héroïsme au combat (très rarement décernée à des étrangers).

Mais, parmi tous les hommages qui lui ont été rendus, l'épitaphe que ses camarades de combat ont fait graver sur la plaque déposée sur sa tombe, est sans doute le plus poignant, car il résume à lui seul l'homme qu'il était et qu'il continuera à être pour nous tous, dans la gloire et l'immortalité :

  • Loïc,
  • Homme épris d'absolu,
  • Ennemi de la médiocrité
  • Force tranquille au service de la paix
  • Ta vie sans fin germera.
  • Arès VII/31

C'est le 28 novembre 2020 (jour où il aurait eu 45 ans) que la municipalité de Lorient a décidé d'appeler "Allée Loïc Le Page", la «rembla» qui longe le parc Jules Ferry.

Comme l'a déclaré le maire, Fabrice Loher : « C'est un symbole fort pour la ville de Lorient, qui raffermit son lien avec la Marine nationale. Le lieu a du sens : proche du monument aux Morts, c'est aussi là qu'ont lieu les défilés, notamment celui du 14 juillet. Dans les moments difficiles que nous vivons, il est utile de rappeler que des hommes se battent pour que nous vivions libres ».

Lire l'article de presse

Lire l'article dans la revue des AET (Décembre 2020)

Voir l'article dans la revue des AET (Avril 2021)

Voeux du COS